Le numéro 143 de la revue L'Infini (Ed. Gallimard, 128 p., 22 €), qui paraît aujourd'hui en librairie, publie un texte de moi intitulé "À Jérusalem".

Dans ce récit, je reviens sur ma découverte de la ville la plus religieuse du monde, en 2015 dans le cadre d'une résidence d'auteur de deux mois à l'Institut français de Jérusalem (Centre Romain Gary).

Extrait :

"J’ai l’intuition qu’ici, à Jérusalem, la vie et la mort n’ont pas le même sens qu’ailleurs, que les choses sont suspendues et que l’avenir de mon corps n’a plus vraiment de sens, je n’ai pas été, je ne suis pas, je ne serai pas, le Temps a été renvoyé, effacé, définitivement annulé. Je ne me tiens pas ici au point d’origine géographique, mais au point d’origine temporelle, au méridien, au centre de la Terre et du Ciel, à la borne du kilomètre-zéro historique, au milieu du moyeu de la roue, dans l’œil du cyclone : tout le reste du monde tourne à partir d’ici. Le Temps tout entier tourne à partir d’ici, d’où le sentiment de plaisir et de trouble que chaque visiteur de Jérusalem ressent."

À noter, au sommaire du même numéro de la revue, comme toujours une quantité de textes passionnants, dont celui de Frans De Haes autour du livre d'Ézéchiel.

(Photo : Le Mont des Oliviers, Jérusalem)