Je viens de finir la lecture du roman d'Olivia Resenterra Le garçon, scènes de la vie provinciale (Ed. Serge Safran, 139 p., 15,90 €), un livre qui sort du lot au milieu d'une rentrée littéraire un peu terne.

Le roman raconte l'histoire d'une mère âgée et de sa fille célibataire qui vivent sous le même toit dans une petite ville de province, jusqu'au jour où quelque chose se passe qui pousse la plus jeune des deux à envisager de changer de vie. Le livre, assez court, garde une fin très ouverte qui accentue encore sa puissance. C'est un premier roman et une grande réussite : précis, rapide, parfois drôle, émouvant, sans concession. Très maîtrisé et avec une note continue légèrement mélancolique qui est particulièrement touchante.

Olivia Resenterra n'est pas complètement une inconnue, il y a quatre ans elle avait déjà publié un essai très vif sur les personnages féminins dans la littérature et le cinéma : Des femmes admirables, portraits acides (Ed. PUF, 2012).

 Extrait :

"Parfois, elle se prend à rêver : le garçonnet aurait eu les cheveux bruns et bouclés, un air frondeur et les mollets musclés. Un petit sportif qui aurait également su chanter et jouer aux échecs. Il aurait volontiers délaissé ses camarades pour partir avec elle en promenade. Chemin faisant, il lui aurait nommé les oiseaux et les fleurs des champs."