La semaine dernière, discutant avec une des personnes qui travaillent ici, je m'extasie sur le fonctionnement perpétuellement parfait des choses, et elle me répond aussitôt en souriant : "Oui, c'est la magie des Treilles". Elle ne plaisantait qu'à moitié, les Treilles sont un lieu presqu'en dehors du monde rationnel.

Il y a l'animation et l'énergie permanente de cette mini-ville, la présence quasi-continue de scientifiques en séminaires, notamment des biologistes, et la trace de tous ceux déjà passés ici (dont plusieurs prix Nobel). Il y a aussi le rayonnement mystérieux des œuvres d'art et des documents très particuliers abrités par la bibliothèque. Il y a enfin la topographie, un ensemble de collines culminant à 600 mètres, avec la perfection paysagère, oliviers, cyprès et pins, et la présence des animaux, chevreuils, sangliers, écureuils, salamandres et moutons, carpes koï et rouges-gorges. Sans parler des conditions d'accueil et de la disponibilité divines offertes aux invités.

Et donc des choses se passent, des théories se bâtissent, des virages se négocient, des rencontres interviennent, des échanges se font, des décisions très chinoises se prennent, et toutes sont plus incroyables les unes que les autres. La magie des Treilles opère sur moi comme sur tous ceux qui séjournent ici. Plus de détails dans les mois et les années qui viennent...