Autour du Chalet Mauriac s'étend un immense parc qui fait lui-même partie, comme toute la commune de Saint-Symphorien, du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne.

Tout au bout du domaine se trouve une belle allée de chênes. Je viens marcher là au moins deux ou trois fois par jour, et c'est un merveilleux moment de liberté parce que cette allée sablonneuse décrit un cercle, et au centre de ce cercle se trouve une mer de fougères.

À l'extérieur du périmètre commence une forêt impénétrable, et comme le parc du Chalet n'est pas clôturé, j'ai déjà pu apercevoir un chevreuil. Je croise aussi pendant ma promenade des écureuils, très rares ou plutôt très discrets, des pies, des milans, des pic-verts (je les entends), et surtout de merveilleux criquets dissimulés sur le sol par leur couleur beige (ils sont homochromes). À mesure qu'on avance sur le chemin, les criquets jaillissent de nulle part et font des sauts de plusieurs mètres. Leurs ailes tournent comme des pales d'hélicoptères. Et ces ailes ont des reflets bleus. Appelons donc ce parc une sorte de paradis...