Après la ville de Mexico, suite et fin de mon séjour au Mexique, dans le cadre du programme "Soutien à la mobilité internationale des artistes" de la région Aquitaine, et arrivée à Puebla, 2 millions d'habitants, troisième ville de province après Guadalajara et Monterrey.

Puebla vient de fêter le Cinco de Mayo (1862), l'anniversaire de la première victoire des mexicains contre les troupes françaises de Napoléon III. Il faut lire le beau texte de Victor Hugo envoyé en soutien aux combattants de Puebla. Il est reproduit dans la Casa de la Cultura de la ville, à côté d'un bronze de l'auteur. Hugo écrit notamment : "Vaillants hommes du Mexique, résistez. La République est avec vous, et dresse au-dessus de vos têtes aussi bien son drapeau de France où est l’arc-en-ciel, que son drapeau d’Amérique où sont les étoiles. Espérez. Votre héroïque résistance s’appuie sur le droit, et elle a pour elle cette grande certitude, la justice. L’attentat contre la république mexicaine continue l’attentat contre la république française."

Puebla est une très belle ville dont le centre historique est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, très vivante, jeune, apparemment aisée et peut-être parfois bourgeoise, qui respire la culture et la liberté. Bien moins de forces de police apparentes qu'à Mexico DF, moins de pollution, un peu plus de touristes (mais pas trop). Beaucoup de concerts, d'expositions, de très beaux marchés d'artisanat, notamment des objets venus de Oaxaca, l'autre grande capitale culturelle plus au sud, et des musées (dont le Musée Amparo), des églises, des églises, des églises, encore des églises, peintes de toutes les couleurs et baroques au possible, ainsi qu'une des plus vieilles et plus belles bibliothèques d'Amérique (la Palafoxiana), et partout des maisons aux murs recouverts de talaveras (faïences multicolores).

Bref, petit coup de cœur pour Puebla, la beauté de la ville et le grand sentiment de liberté qu'on peut y ressentir.