Quand on vit dans une ville, qu'on marche chaque jour dans ses rues, on perçoit les choses sous une lumière particulière, la lumière de cette ville. 

À Brive, je suis surpris par la couleur de la pierre des édifices. Beaucoup de maisons du centre-ville, quelque soit leur époque, ont été construites dans le grès de la région. Ce grès a une couleur étonnante : c'est un beige très doux, tirant parfois légèrement vers le ocre, un beige beaucoup plus pale que la pierre jaune paille de Bordeaux au milieu de laquelle je vis habituellement. On me dit que cette pierre de la région de Brive s'appelle le brasier. La pierre de brasier est la couleur de la ville, la couleur de la vie ici, et j'écris donc sous sa douce influence.

(Photo : la maison Cavaignac, abritant les archives municipales)