Mise en vente aujourd'hui de Polaire, Éditions Gallimard, collection L'Infini, 152 pages, 15,90 €.

Comme mes précédents livres, il s'agit d'un roman, mais cette fois un peu plus long. Et ce livre, comme les autres, ne se résume pas.

La quatrième de couverture :

« Le temps est splendide, encore estival, les grands arbres, les pelouses, tout est d'un vert éclatant, vif, lumineux, euphorisant. Je marche, je la cherche autour du bâtiment, je ne la vois pas. Je croise des patients qui ont un air vraiment bizarre, qui errent seuls et me regardent avec hébétude, curiosité, agressivité peut-être. Certains sont silencieux, d'autres marmonnent tout bas, ils tournent en rond, ils marchent sans but, ils me semblent terriblement malheureux, nos regards se croisent, ils devinent que je ne suis pas des leurs. Une ou deux fois j'ai peur en les voyant qui avancent lentement dans ma direction. Aucune trace d'elle. »