Lecture de l'excellent livre de Charles Bukowski Shakespeare n'a jamais fait ça (Ed. 13e Note, 256 p., 19,50 €).

On est en 1978, Bukowski fait une tournée de lecture en Europe, en France, puis en Allemagne son pays natal, et ce livre raconte ce voyage. Ce n'est ni un journal ni un récit, c'est beaucoup mieux, c'est une méditation quotidienne sur cette vie, globalement déprimante, avec malgré tout quelques bons moments (le vin, le sexe, les amis, la femme aimée). Le lecteur est embarqué au quotidien et suit ce périple a priori banal mais qui devient épique parce que partout où passe Bukowski paraît naître immédiatement une tornade.

Tout le livre se lit d'une traite, à grande vitesse, comme il a été écrit. La vie en voyage avec sa compagne Linda Lee, le passage resté célèbre dans l'émission de télé de Bernard Pivot, les retrouvailles avec son oncle Heinrich, la lecture publique à Hambourg, la rencontre avec un poète allemand qui se fait appeler "fils de Bukowksi", la visite des champs de course allemands où hélas on ne peut pas tricher pour gagner, le brochet géant cuisiné à Paris par Barbet Schröder, etc. C'est toujours magnifiquement écrit, très juste, et très drôle, avec en bonus au milieu du texte des photos noir et blanc incroyables d'énergie signées Michael Montfort.

Extraits :

"Cette fille aimait tout ce qui m'ennuyait, et tout ce que j'aimais l'ennuyait. Nous étions le couple parfait"  (...)

"Partout où je vais, je provoque toujours de terribles conditions météorologiques. Un jour, j'ai fait une lecture dans l'Illinois et, le lendemain, cet État subissait la pire tornade de son histoire (...). Une autre fois, j'ai lu au musée d'Art moderne, à Houston; après mon départ, une inondation éclair a englouti le musée et dévasté pour un million et demi de dollars d'œuvres d'art."  (...)

"Rien de tel qu'une bonne bouteille pour se sentir à la maison, où que l'on soit; ça dispense du langage" (...)

"Aucun doute, la vie est insupportable, même si la plupart des gens ont appris à faire mine de rien. De temps en temps il y a un suicide, ou quelqu'un se fait interner, mais en général la foule continue à se comporter comme si tout se passait bien."