Mon mois de séjour au Japon dans le cadre des Missions Stendhal s'achève demain, et parmi trois cent mille souvenirs, ce que je garderai d'abord en tête, c'est le Mont Fuji.

Le Mont Fuji est magnifique, sa sérénité impressionne et suscite le respect. Je l'ai écrit dans le carnet au soir de sa découverte le long de la voie de Shinkansen : le Fuji ressemble à un immense Bouddha qui se serait assis au milieu de la plaine. Ce n'est pas une montagne, c'est un homme, le plus grand, le plus sage, qui a atteint une telle sérénité qu'il est devenu une montagne. Maintenant, il va falloir commencer à suivre son exemple.