Sur les chemins du parc de la Villa Yourcenar, j'ai trouvé de très beaux silex.

La métaphore peut sembler facile, mais tout de même les faits sont là : d'une part, le Mont Noir contient des silex que l'érosion éclate et qui donnent ces pierres naturellement coupantes et dont l’entrechoc répété par une main humaine crée des étincelles; d'autre part, ici à la Villa, on écrit très bien; le calme, le confort, la solitude, le respect absolu du travail de l'auteur par les organisateurs, sont parfaits. C'est ici qu'il faut être. Je crois que je pourrais y rester 6 mois et y écrire pendant 6 mois.