Passage de J.-B. Pontalis à la librairie Mollat de Bordeaux pour y présenter son nouveau livre, Un jour, le crime (Ed. Gallimard).

L'auteur d'Après Freud et Frère du précédent a longuement répondu aux questions de Jean-Marie Planes. Il a dit pourquoi, lui qui déteste la violence, il s'était intéressé à ce sujet : "J'ai eu envie d'aller voir du côté de ce qu'en principe je veux ignorer." Il a expliqué : "Nous avons tous des pensées meurtrières, conscientes ou inconscientes (des rêves), mais cela reste des pensées. Qu'est-ce qui fait que ça franchit une frontière et ça passe à l'acte ? Je n'ai pas cherché à répondre car ça doit rester une énigme. La question du passage à l'acte reste un grand mystère." (...) "Il y a des crimes qui deviennent, sinon mythiques, du moins emblématiques, comme celui des sœurs Papin ou de Violette Nozière." (...) Pontalis a aussi précisé : "Ce livre n'est pas un essai, c'est une recherche pour rôder autour de la folie meurtrière."