Passage de Christine Angot chez Mollat, venue présenter son nouveau roman, Les Petits (Ed. Flammarion).

Passionnante rencontre (modérée par l'universitaire Jean-Michel Devésa), qui a permis à Christine Angot d'exposer en profondeur la portée politique de son travail romanesque et de détailler la construction et le style de ce nouveau livre.

J'ai noté au vol sur mon calepin quelques passages.

À propos de la société et de la politique : "Je travaille par rapport à un regard social sur tel personnage ou tel autre. Mon ambition, c'est d'entrer dans cette réalité, c'est d'empiéter sur elle qui croit qu'elle est toute seule, qui croit qu'on ne la voit pas." (...) "J'ai voulu montrer qu'un appartement n'est pas un espace privé, que la violence du monde arrive à passer les murs, que tout ce qu'on connaît et qu'on appelle public, et violence politique, se prolongeait à l'intérieur, par le couple. (...) Les enfants, même touts petits, sont déjà au cœur de ce qui les attend plus tard." (...) "L'esclavage : ça paraît fou que dans l'Histoire quelqu'un ait dit : cet homme, cette femme, m'appartient. Comment une personne a regardé une autre et s'est dit : lui, il est à moi. Ici, je montre comment cette femme met cet homme à son service, comment il lui appartient".

À propos du style : "Qui s'intéresse à quelque chose dit de manière traditionnelle ? fait de manière traditionnelle, oui, c'est de l'artisanat, mais dit ? Il n'y a que le roman qui permet de dire de manière non traditionnelle et d'être sur une brèche politique". (...) "Je pense au son de la phrase en la confrontant à ce qu'on entend dans le réel." (...) "Quand vous écrivez, il faut être juste et exagéré, si vous n'exagérez pas le trait, rien ne sera vu".

Enfin, à une personne du public qui expliquait avoir été mise mal à l'aise par la lecture du livre dont les phrases lui semblaient 'sèches' et 'courtes', Christine Angot a répondu : "Ce qui vous a mis mal à l'aise, ce ne sont pas les 'phrases sèches', elles ne le sont pas, ce ne sont pas les 'phrases courtes', qui ne le sont pas non plus; ce qui vous a mis mal à l'aise, c'est ce qui est dit."

Le podcast intégral de la rencontre est disponible sur le site de Mollat.