Un romancier a non seulement le droit de traiter dans ses livres du sujet qu'il veut, mais aussi le droit de s'inspirer de la vie réelle, y compris celle des autres, y compris les drames, y compris les crimes et délits.


Pour ma part, tout ce que j'écris, ai écrit, ou écrirai un jour, trouve sa source dans les événements de la vie réelle, quand bien même je retire de mon texte les noms, prénoms, dates et lieux. Il me semblerait absolument ubuesque, ahurissant, insupportable, que des personnes, liées ou non à moi, viennent un jour attaquer mes textes pour des motifs extra-littéraires alors que précisément ma seule motivation a été littéraire et artistique.

Donc soutien à Régis Jauffret dont le roman Sévère (Ed. du Seuil) est menacé d'interdiction, et plein accord avec l'appel solennel lancé par Christine Angot, Frédéric Beigbeder, Marie Darrieussecq, Virginie Despentes, Philippe Djian, Michel Houellebecq, Bernard-Henri Lévy, Jonathan Littell, Yann Moix et Philippe Sollers, et mis en ligne par la revue La Règle du Jeu et le magazine Les Inrocks.

 

MàJ 2012/01/18 : La famille Stern abandonne son action en justice contre le livre.