Un court billet pour m'étonner de la défiance de nombreux grands lecteurs et auteurs contemporains devant le nouveau roman de Michel Houellebecq, La carte et le territoire (Ed. Flammarion, 428 p., 22 €), pourtant un livre superbe, cohérent et décidé.

Donc, remise des pendules à l'heure : oui, Michel Houellebecq est un grand écrivain, possédant une vision d'amplitude et utilisant une langue à la simplicité trompeuse, une langue extrêmement précise, millimétrée et dont les effets sur le lecteur sont complexes. Que nous dit Houellebecq dans ce nouveau livre ? qu'il faut savoir où l'on est, et, pour reprendre le titre de l'exposition de photographies du héros, que "La carte est plus intéressante que le territoire". Les livres sont plus intéressants que la vie, les livres sont des cartes et la bibliothèque une salle des cartes.