Tout au bout de l'estuaire face à Bordeaux c'est l'océan, et le premier pays qu'on rejoint quand on navigue droit devant ce sont les États-Unis d'Amérique.

Les français ne sont pas les seuls à être attachés aux États-Unis, les bordelais le sont autant si ce n'est plus. Thomas Jefferson (1743-1826) a été le troisième président des États-Unis et l'un des rédacteurs de la Déclaration d'indépendance, son portrait figure sur les billets américains de 2 dollars. C'était un homme des Lumières, admirateur de Montesquieu, ambassadeur des États-Unis en France, grand connaisseur des vins de Bordeaux (philosophe et oenologue, comme Montesquieu). Il connaissait et aimait Bordeaux et la Gironde. Il y a quelques jours une plaque à sa mémoire a été posée au 89 quai des Chartrons, à l'emplacement du consulat des États-Unis (qui date de 1778 et fut la première représentation diplomatique américaine dans le monde), et c'est une bonne nouvelle.