La loi dite "Création et Internet" (ou Hadopi) a donc été adoptée.

J'ai déjà parlé ici de cette loi visant, sous couvert de lutte contre le piratage audiovisuel, à surveiller et contrôler l'utilisation d'Internet. La loi Hadopi est une stupidité démocratique, une stupidité sociale et une stupidité technologique (toutes les barrières seront inutiles, rien n'arrête l'appétit de liberté). Mais ce qui m'énerve le plus ces jours-ci, c'est d'entendre ici ou là des gens expliquer que les artistes seraient favorables à cette loi*.

Moi je suis artiste, je suis écrivain, et je suis contre la loi Hadopi. Je suis pour la libre diffusion des oeuvres sur Internet, je suis contre le fait qu'une Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet (HADOPI) contrôle la diffusion de mes textes. J'ai le droit de diffuser librement et/ou gratuitement ceux de mes textes pour lesquels je n'ai pas signé de contrat avec mon éditeur, et personne n'a à contrôler préalablement cette diffusion : cela s'appelle la liberté d'expression et la liberté de publication. Cette Haute autorité, par sa dénomination même, constitue un danger pour tous les artistes.

Au final malgré tout, il y a une conséquence comique au vote de cette loi Hadopi, c'est l'énorme accélération du téléchargement qu'elle provoque : un ami, grand amateur de musique MP3 et de films et séries TV, me disait hier que grâce à la multiplication des blogs donnant des conseils pour se protéger d'Hadopi, il avait découvert des nouvelles méthodes, plus rapides et plus efficaces, pour se procurer toutes ses oeuvres préférées, et que jamais il n'avait autant téléchargé que depuis deux mois ...

* Heureusement, d'autres artistes, plus jeunes et mieux informés, ont pris position contre Hadopi, voir la "Lettre ouverte aux spectateurs citoyens" de 13 personnalités (dont Catherine Deneuve et Paulo Branco) ou la tribune du cinéaste Eric Rochant. Sans oublier les auteurs avec blogs, majoritairement contre Hadopi, à commencer par François Bon et l'équipe de Publie.net.