Passage éclair au Salon du Livre.

C'était la première fois que je venais là. Le lieu lui-même n'a pas grand intérêt, en revanche je suis fasciné par la densité d'auteurs se trouvant en même temps au même endroit. Un souvenir au milieu d'autres : on me présente à un moment Philippe Forest, et je suis si étonné de le voir que je reste muet devant lui, alors que j'ai une immense admiration pour L'enfant éternel et que j'aurais voulu lui dire.

Et bien sûr, j'ai aussi ramené des livres, de quoi lire au moins jusqu'au milieu du printemps...