Escale à Bordeaux de Pascal Quignard, venu présenter son livre La nuit sexuelle (Flammarion) à la Bibliothèque Mériadeck. La salle de conférences de 250 places était pleine et un rapide coup d'oeil montrait que des lecteurs aux goûts les plus divers avaient fait le déplacement. Pendant qu'étaient projetées sur le mur des reproductions géantes des peintures du livre, les fameuses "scènes indécentes", l'auteur a donné la lecture des passages les commentant.


Pascal Quignard a également, en introduction de sa lecture, mis en garde contre la nouvelle forme de censure qui apparaît : l'autocensure, celle des éditeurs et des auteurs. Il est revenu aussi sur le saccage de livres commis en août 2007 à Lagrasse, lors du "Banquet du livre" consacré à La nuit sexuelle (de l'huile de vidange avait été répandue par des inconnus sur plus de 6000 livres de la librairie installée pour le salon). Il a expliqué que ce vandalisme avait en quelque sorte réveillé sa combativité : "Cela m'a rempli de fierté d'avoir écrit ce livre, et face à la censure, je me suis dit que j'allais justement aller de ville en ville pour le défendre. Le périple se termine bientôt, je suis épuisé mais très fier."

Quignard a aussi rapporté sa réaction lorsqu'il est entré au matin dans la librairie saccagée : "Les rétroprojecteurs très coûteux : pas touchés par les vandales, le piano très cher installé là exprès pour la soirée : pas touché. Seuls les livres ont été touchés. Le symbole d'une liberté très individuelle, voilà ce qui a été touché." Au milieu du désastre, il a remarqué que les livres de Saint Augustin avaient été souillés, et pas ceux de Sade, comble d'ironie.

La lecture a été ouverte et refermée par quelques minutes d'un morceau du compositeur anglais baroque John Blow, écouté avec un impressionnant recueillement par Pascal Quignard, et ce fut pour toute la salle un moment très intense.