Toujours pas de solution du côté du cipM, menacé d'être chassé de ses bâtiments de la Vieille Charité à Marseille, et qui fait un nouveau point dans sa lettre d'information :

"À ce jour, nous n’avons toujours pas de solution concernant la fin de notre convention d’occupation des locaux de la Vieille Charité, le 6 mai 2008. Après que la ville de Marseille nous a signifié que notre convention triennale d’occupation ne sera pas renouvelée et qu’elle n’avait pas de locaux pour nous reloger, nous avons diffusé deux tracts (...)

La seule réaction de l’adjoint à la culture, dans La Provence, a été de nous faire savoir que « le cipM ne partira pas tant que nous n’aurons pas trouvé de solution » et qu’« il faut faire preuve de courage intellectuel ». Nous avouons notre surprise à la lecture de cette dernière déclaration…

Nous allons donc demander dans les prochains jours aux élus et responsables de la culture de la Ville de Marseille (...) que soit d’ores et déjà signée la nouvelle convention d’occupation à la Vieille Charité"

Une pétition de soutien au cipM a déjà recueilli 2000 signatures.


Pour ceux qui ne connaissent pas encore le cipM, rappelons que c'est l'un des plus importants lieux de poésie en France, une sorte d'énorme "centre de recherches" poétiques comme il existe des centres de recherches scientifiques, qui dispose de 500m2 de locaux et accueille des écrivains en résidence (la liste des auteurs passés au cipM est impressionnante), possède une bibliothèque de 40.000 documents, présente des expositions (actuellement l'oeuvre d'Isidore Isou), organise chaque semaine des conférences (vendredi 30 novembre : Emmanuel Hocquard et Claude Royet-Journoud), et édite de nombreux ouvrages, dont les célèbres petits Cahiers du Refuge mensuels. Pour résumer, le cipM est un des pièces maîtresses du rayonnement culturel national et international de Marseille.