CE MÉTIER DE DORMIR

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 1 août 2016

"La Mer de la Tranquillité", roman (en téléchargement gratuit)

Comme tous les deux ans, je mets en ligne l'intégralité d'un roman récent et encore inédit. Le texte de 2016 s'intitule La Mer de la Tranquillité.

Il s'agit d'un roman autour de la vie de l'astronaute américain Neil Armstrong (1930-2012), le premier homme à avoir marché sur la Lune en juillet 1969. Le texte est disponible gratuitement dès maintenant sur marcpautrel.net aux formats numériques PDF et ePub.

(Photographie de la Lune prise par Apollo 11 en juillet 1969, © NASA)

Premières lignes :

"Un dimanche matin, en allant à l’église, ils aperçoivent sur le terrain qu’ils longent un avion immobilisé. Pendant qu’ils marchent l’avion se met à bouger, il roule, il accélère, puis lentement il quitte le sol, comme si des fils invisibles le hissaient à l’intérieur de sa course, et bientôt il s’élève, il grimpe un escalier caché dans le ciel et en quelques minutes il n’est plus qu’un petit point sombre au milieu des nuages. Puis il revient, se rapproche rapidement, fait un large virage, il plonge vers le sol et bientôt atterrit, lentement, tel un immense pélican qui se poserait sur l’eau."


 

samedi 16 juillet 2016

La Baule, Mathias Enard et Olivier Cadiot à Écrivains en bord de mer

Toujours en voisin, j'assistais à la suite des rencontres d'Écrivains en bord de mer, avec notamment Mathias Enard suivi par Olivier Cadiot.

Mathias Enard, très en verve, a parlé de son dernier roman, Boussole (Ed. Actes Sud, Prix Goncourt 2015), de l'évolution de son écriture depuis Zone (Ed. Actes Sud, 2008), puis de l'orientalisme qu'il a mis en regard avec l'actualité la plus récente au Moyen-Orient.

Olivier Cadiot, quant à lui, a d'abord fait une lecture très incarnée de son Providence (Ed. POL, 2015) puis a parlé de son dernier livre, Histoire de la littérature récente (Ed. POL), avant de répondre aux questions de Tanguy Viel, dans un dialogue très drôle et bien sûr de très haut vol entre deux tels auteurs.

Les vidéos des interventions des 27 invités de cette 20e édition d'Écrivains en bord de mer devraient être disponibles en ligne sur le site du festival d'ici quelques semaines, comme chaque année.

 

vendredi 15 juillet 2016

La Baule, François Bon et Catherine Millot à Écrivains en bord de mer

Passage, pour la troisième journée consécutive, au festival Écrivains en bord de mer de La Baule où j'ai assisté aux rencontres successives avec François Bon puis Catherine Millot.

François Bon a présenté, avec son énergie habituelle, la vie et l'œuvre de l'auteur américain Howard Phillips Lovecraft dont il re-traduit les textes depuis plusieurs mois (aux Éditions du Seuil) et sur les traces duquel il est parti lors d'un séjour à Providence aux États-Unis pendant l'été 2015. À noter que François Bon s'est lancé également dans la traduction et la publication (sous son propre nom d'éditeur, faute d'autre éditeur intéressé) en version bilingue du Commonplace Book, le carnet de travail d'H.P. Lovecraft.

Catherine Millot, quant à elle, a répondu, avec beaucoup de douceur et d'émotion, aux questions de Philippe Forest. Elle a parlé de ses nombreux livres, parus pour la plupart aux Éditions Gallimard dans la collection "L'Infini", particulièrement O Solitude et le très beau La vie avec Lacan. À propos du célèbre psychanalyste dont elle a partagé la vie, elle a dit notamment, pour souligner l'importance de sa trace  : "Lacan outre-passait". Elle a également lu les premières pages du livre, d'une profondeur et d'une netteté absolue, comme le reste du volume.

 

jeudi 14 juillet 2016

La Baule, Christian Garcin et Tanguy Viel à Écrivains en bord de mer

Deuxième journée dans le public du festival Écrivains en bord de mer à La Baule, où j'ai cette fois assisté aux lectures de Christian Garcin puis de Tanguy Viel.

Christian Garcin a lu un extrait des Vies multiples de Jeremiah Reynolds (Ed. Stock) puis a répondu aux questions de Guénaël Boutouillet. Grande modestie, toujours, et puissance "architecturale" de Christian Garcin, inépuisable et prolixe auteur, la discussion a balayé tous les aspects du livre et aussi ses projets en cours : documentation et densité du roman, Moby Dick et Melville, sa nouvelle traduction des nouvelles d'Edgar Allan Poe, etc. Passionnant.

Tanguy Viel, lui, nous a donné en primeur des extraits son roman à paraître en janvier 2017, Article 353 du code pénal (Ed. de Minuit) en en lisant deux longs passages. J'ai été assez impressionné à la fois par sa façon de lire, rapide, légère, intense et sincère, et par le texte lui-même, redoutable d'efficacité et en même temps teinté d'une certaine mélancolie, une forme de tristesse. Hâte de lire le livre.

 

mercredi 13 juillet 2016

La Baule, Chloé Delaume et Philippe Forest à Écrivains en bord de mer

Je suis passé, en voisin de villégiature, au festival Écrivains en bord de mer à La Baule, écouter Chloé Delaume suivie de Philippe Forest, qui présentaient chacun des extraits de leur roman respectif à paraître à la rentrée, et répondaient ensuite à quelques questions de Bernard Martin dont le festival fête cette année ses 20 ans d'existence.

La première a lu les deux premiers chapitres de son roman Les sorcières de la République (Ed. du Seuil). C'est une grande fresque uchronique et politique, dans laquelle Chloé Delaume s'éloigne de l'autofiction, un texte à la fois très drôle et très engagé, dont l'histoire commence lors de l'élection présidentielle de 2017 et se déroule jusque dans les années 2060.

Philippe Forest, quant à lui, a lu des extraits de son roman Crue (Ed. Gallimard). Le texte décrit, au travers des mutations d'une grande ville, notamment les disparitions successives que subit le narrateur, à commencer par celle énigmatique de son chat. Ambitieux et très intéressant au vu des deux passages livrés ici en avant-première par l'auteur.

 

jeudi 23 juin 2016

Le Prix Henri de Régnier de l'Académie Française 2016 pour "Une jeunesse de Blaise Pascal"

Grande joie d'apprendre que l'Académie Française a choisi de décerner le Prix Henri de Régnier 2016 à Une jeunesse de Blaise Pascal (Gallimard). Mille mercis aux immortels !

(Photo Guillaume Armantier)

 

jeudi 14 janvier 2016

Parution d' "Une jeunesse de Blaise Pascal" (Ed. Gallimard)

Mise en vente aujourd'hui d'Une jeunesse de Blaise Pascal, Éditions Gallimard, collection L'Infini, 96 pages, 12 €.

C'est un roman, comme mes quatre précédents livres dans la collection L'infini, mais cette fois non plus inspiré de faits que j'ai vus ou entendus, mais de faits historiques, avec plusieurs scènes que j'ai donc dû souvent purement et simplement inventer. Ce roman raconte une partie de la vie du mathématicien et philosophe français Blaise Pascal (1623-1662), depuis l'âge de 12 ans jusqu'à l'âge de 31 ans, les années d'avant l'écriture et d'avant la révélation mystique, pour aller vite : les années mathématiques et athées de Pascal.

C'est un texte sans doute assez étrange, mais aussi peut-être le premier dont je sois presque satisfait. Bien sûr, la plupart des éléments historiques, scientifiques et philosophiques contenus dans ce roman, bien que le plus proches possible de la réalité, sont peut-être parfois erronés, mais ce qui compte avant tout c'est le romanesque et l'émotion du texte, la seule vérité c'est le langage.

La quatrième de couverture :

« Il regarde la grande roue tourner et donner un sens à l'eau, il a la bizarre sensation qu'il est lui-même devenu à la fois la roue et l'eau, comme le fruit d'une inéluctable union, il est en même temps l'artisan et l'outil. Parce que ses questions sont immenses et que toujours il voudra découvrir le lieu où vont se cacher les morts, ses découvertes elles aussi sont devenues immenses. »

 

vendredi 1 janvier 2016

Bonne année 2016

Meilleurs vœux à tous !

Je vous souhaite une grande année, tout ce que vous souhaitez et davantage encore, dix mille surprises et dix mille lectures. Bonne année 2016 !

 

dimanche 1 novembre 2015

Jérusalem, journal de résidence (extrait)

Ma résidence de deux mois à Jérusalem vient de se terminer.

Ça a été extraordinaire de découvrir pour la première fois Israël et Jérusalem, un grand merci à l'équipe de l'Institut Français Centre Romain Gary, aux personnes du Consulat Général, aux professeurs du Lycée Français de Jérusalem, à la libraire française Vice-Versa, à mes nouveaux amis israéliens, sans oublier les pères dominicains de l'École Biblique et Archéologique Française qui m'ont accueilli, hébergé et nourri en discutions érudites, archéologiques, historiques et théologiques.

Voici un court extrait de mon journal de résidence :

"06.IX.2015

Marche jusqu'à l'hôtel King David. Sur le chemin, je suis abordé par un israélien qui me demande sa route en hébreu. Surprise. Je lui réponds "Sorry, I'm french", il sourit en comprenant. Ballade dans le petit jardin derrière le King David. En sortant du jardin, une femme qui est au téléphone s'approche et me pose une question en hébreu, probablement à propos du jardin car elle le désigne du doigt. Même réponse, elle rit, s'excuse. On me prend pour un local, ça ne m'était encore jamais arrivé à l'étranger, sauf à Venise. Marche ensuite vers le sud de la ville puis remontée le long des grandes avenues modernes, Keren HaYesod puis Gershon Agron jusqu'à Mamilla. Enfin, je fais le tour de la vieille ville le long des murailles côté Tour de David et je passe par la porte de Sion. Je descends presque jusqu'à la porte des Immondices puis j'oblique à gauche et j'entre dans le quartier juif, très beau, très lumineux. Je traverse par le souk et ressors de la vieille ville par la porte de Damas.

Au dîner, Emile P. raconte un repas qui a eu lieu ici-même, dans le réfectoire où nous mangeons, il y a une trentaine d'années, et où il était entouré de Jean B. et Samuel N. K., qui se connaissaient bien et s'estimaient, les deux sommités mondiales de la recherche sumérienne en compagnie du déjà spécialiste mondial de Qumran. P. ajoute qu'il était très ami avec B. et sa femme et qu'à chacun de ses passages en France ils le recevaient chez eux, et c'était toujours B. qui faisait la cuisine car c'était un grand cuisinier.

Couché tôt, cris et klaxons dans la rue, rugissement des motos sur le boulevard qui longe le tramway, sirènes lancinantes des ambulances au loin."

(Photo : la vue sur Jérusalem depuis le Musée de la Tour de David)

 

mercredi 21 octobre 2015

Jérusalem, Aharon Appelfeld à l'Institut Français

Aharon Appelfeld était hier soir à l'Institut Français (Centre Romain Gary) de Jérusalem, en compagnie de sa traductrice française Valérie Zenatti.

La salle de la médiathèque de l'Institut Française était pleine, une centaine de personnes, et ça été une exceptionnelle rencontre et un très beau dialogue entre Aharon Appelfeld, parlant très bas, avec une grande douceur, et Valérie Zenatti qui faisait la traduction. Il a surtout été question de son dernier roman, Les Partisans (Ed. de l'Olivier) et de la lecture philosophique voire métaphysique qu'en faisait son auteur. À la fin de la rencontre, interrogé sur sa foi par une personne du public, Aharon Appelfeld a esquivé la question et répondu seulement en souriant : "Je suis en chemin."

J'ai pris quelques notes rapides au vol. L'auteur d'Histoire d'une vie a notamment dit que même s'il n'a jamais appris le français, il se souvient que quand il était enfant ses parents parlaient français couramment et qu'il lui reste aujourd'hui "un souvenir, une sensation : la façon dont mes parents parlaient le français".

Il a expliqué aussi : "Pendant la guerre, il n'y avait pas que la souffrance physique, il y avait aussi une souffrance spirituelle. (...) On a dit que la Shoah était une destruction, mais il y a eu aussi ensuite mise en place d'une renaissance spirituelle qu'on ne mesure pas assez. Les Hommes ont commencé à se poser la question 'Qui suis-je ? qui étaient mes parents et mes grands-parents?'. Ils se sont demandés : 'À quel point suis-je lié à mes parents ou à quel point suis-je loin d'eux ?' (...) La maison évoquée à la fin du roman ? c'est la maison éternelle : les parents et les grands-parents, qu'ils soient là ou absents. Les parents et les grands-parents sont ce qui donne du sens et de la spiritualité à nos vies."

 

- page 1 de 41